Jamouli Ouzidane

L’humanisme est apparut en Italie au XIVème siècle (de 1350 a 1550). Il se répand ensuite dans toute l’Europe mais avec un siècle de retard (de 1450 a 1600). Il proclame un nouvel esprit basé sur la conscience artistique en mutinerie contre le régime sacré du Moyen Age. Il s’inspire du paradigme de l’antiquité “L’humanités” qui veut forger un homme ayant la volonté, la liberté, la puissance et la dignité.

Des bibliothèques prospéraient partout (collections de Niccolo Niccolin qui comprenait plus de 800 volumes, librairie de Vespasio Bisticci, Pogio Bracciollli découvrit les manuscrits de Cicéron…). Les humanistes utilisèrent leur passé glorieux pour une nouvelle aventure de renaissance cérébrale, morale et libertaire.

Parmi les précurseurs de l’humanisme, on avait Pic de Mirandole qui glorifie le Moi au dépend du groupe. Léonard Bruni, dit l’Arétin, traduisit Platon et Aristote. John Collet en Angleterre dénonça les abus de l’Eglise. Thomas More (1478-1535) dans son ’Utopia’ décrit une société humaine idéale. Didier Erasme (1461-1536) de Rot-terdam, s’occupa des textes sacrés et dénonça la scolastique. Dans “Eloge de la folie” il dénonça les superstitions et la politique de l’Eglise. On a aussi Pogio, Filelfo, Pierre l’Arétin, Lorenzo Valla, etc.

Les poètes italiens avaient une mission notable pen-dant cette période:

- Dante, le promoteur de la poésie italienne, avec sa “Divine Comédie” (descriptions de l’enfer, du purgatoire et du paradis), exerça une emprise irréfutable sur les humanistes. Il fascina Botticelli, Michel Ange (avec par exemple “le Jugement dernier de la Chapelle Sixtine”), Plutarque, Boccace (qui lui consacre une biographie, et lui crée une chaire universitaire à Florence)…

- Pétrarque (1302) glorifie les vertus des Romains (Scipion, Sénèque et César) et restaura l’esprit de l’antiquité. Il est le “père des humanistes”. Seulement, il ne concevait, avec Dante, l’unité de l’Europe que sur la base d’un Christianisme rénové.

- Di Rienzi (1347), le poète Cola, avait un ravissement démesuré pour Rome. Il prit la direction du gouvernement de Rome en déclarant :
“Rome, capitale universelle, et siège suprême de la foi chrétienne”

Il voulait des citoyens libres et égaux en droit. Il devait s’incliner devant l’omnipotence de la papauté et enfin s’éclipser dans un anonymat tragique.

- Giovanni Boccacio (1313), ami de Pétrarque, produisit des chefs-d’œuvre avec son roman la “Fiametta” (histoire de l’amant infidèle) et ses contes sarcastiques du “Décaméron” (sept dames et trois seigneurs qui ont fuit l’épidémie de peste se racontent leurs histoires pleines d’aventures galantes sur les prêtres).

La beauté de l’antiquité est redécouverte grâce aux artistes protégés par les Princes italiens :

- Vittorino da Feltre à Mantou ou règne les Gonzague.

- Les artistes qui entouraient Cosme de Médicis (de 1430 à 1460) comme les architectes (Ghilberti et Brunelleschi), les peintres (Masaccio, Fra Angelico, Pisanello, Domenico Veneziano et Fra Flippo Lippi, Piero della Francesca, Be-nozzo Gozzoli), les sculpteurs (Donatello et De Deidero da Settignamo)…

- Les artistes du cercle de Laurent le magnifique (petit-fils de Cosme de Médicis) comme Sandra Botticelli, Domenico Ghirlandajo et Luca Signorelli.

En orient, Omar el Khayam n’a malheureusement n’a pas été écouté ni par le Prince et ni par le peuple ! Le despotisme oriental a fasciné une soumission divine qui est resté bien ancrée dans un orient pour des centenaires. Omar va dévoiler la déraison d’un religieux qui se soumet à l’ignorance terrestre et non à pas à la raison cosmique :

Fais en sorte que ton prochain n’ait pas à souffrir de ta sagesse.

Au delà de la Terre, au delà de l’Infini, je cherchais à voir le Ciel et l’Enfer. Une voix solennelle m’a dit :
“Le Ciel et l’Enfer sont en toi.”

Dans les monastères, les synagogues et les mosquées se réfugient les faibles que l’Enfer épouvante. L’homme qui connaît la grandeur d’Allah ne sème pas dans son coeur les mauvaises graines de la terreur et de l’imploration.

Le vaste monde : un grain de poussière dans l’espace. Toute la science des hommes : des mots. Les peuples, les bêtes et les fleurs des sept climats : des ombres. Le résultat de ta méditation perpétuelle : rien.

Les savants et les sages les plus illustres ont cheminé dans les ténèbres de l’ignorance. Pourtant, ils étaient les flambeaux de leur époque. Ce qu’ils ont fait ? Ils ont prononcé quelques phrases confuses, et ils se sont endormis.

“Quel est l’homme qui n’a jamais péché en ce monde, dis-moi ? Celui qui n’aurait pas péché, comment aurait- il vécu, dis-moi ? Si tu punis le mal par le mal.
Quelle est donc la différence entre nous, dis-moi ?”

Le bien et le mal se disputent l’avantage, ici-bas. Le Ciel n’est pas responsable du bonheur ou du malheur que le destin nous apporte. Ne remercie pas le Ciel ou ne l’accuse pas.. Il est indifférent à tes joies comme à tes peines.

Conviction et doute, erreur et vérité, ne sont que des mots aussi vides qu’une bulle d’air. Irisée ou terne, cette bulle est l’image de ta vie.
Sur la Terre, bariolée, chemine quelqu’un qui n’est ni musulman, ni infidèle, ni riche, ni pauvre. Il ne révère ni Allah, ni les lois. Il ne croit pas à la vérité. Il n’affirme jamais rien. Sur la Terre bariolée, quel est cet homme brave et triste?

Referme ton Coran. Pense librement, et regarde librement le ciel et la terre. Au pauvre qui passe, donne la moitié de ce que tu possèdes. Pardonne à tous les coupables. Ne contriste personne. Et cache-toi pour sourire.

J’ai beaucoup appris et j’ai beaucoup oublié aussi, volontairement. Dans ma mémoire, chaque chose était à sa place. Par exemple, ce qui était à droite ne pouvait aller à gauche. Je n’ai connu la paix que le jour où j’ai tout rejeté avec mépris. J’avais enfin compris qu’il est impossible d’affirmer ou de nier.

Pauvre homme, tu ne sauras jamais rien… Tu n’élucideras jamais un seul des mystères qui nous entourent. Puisque les religions te promettent le Paradis, aie soin de t’en créer un sur cette terre, car l’autre n’existe peut-être pas.

Tous les hommes voudraient cheminer sur la route de la Connaissance. Cette route, les uns la cherchent, d’autres affirment qu’ils l’ont trouvée. Mais, un jour, une voix criera: “Il n’y a ni route ni sentier!”

Jamouli Ouzidane

سمعت صوتا هاتفا في السحر
نادى من الغيب : غفاة البشر
هبوا املئوا كأس المنى قبل أن
تملأ كأس العمر كف القدر

لا تشغل البال بماضي الزمان
ولا بآتي العيش قبل الأوان
واغنم من الحاضر لذّاته
فليس في طبع الليالي الأمان

أولى بهذا القلب أن يخفقا
وفي ضرام الحب أن يحرقا
ما أضيع اليوم الذي مرّ بي
من غير أن أهوى و أن أعشقا
أفق خفيف الظل هذا السحر
ندى داعي النوم وناغ الوتر
فما أطال النوم عمرا ولا
قصر في الأعمار طول السهر

يا من يحار الفهم في قدرتك
وتطلب النفس حمى طاعتك
أسكرني الإثم و لكنني
كاد عشت لا أشرك في وحدتك
تخفي عن الناس سنا طلعتك
وكل ما في الكون من صنعتك
فأنت مُجلاه وأنت الذي
ترى بديع الصنع في آيتك

إن تفصل القطرة في بحرها
ففي مداه منتهى أمرها
تقاربت يا ربّ ما بيننا
مسافة البعد على قدرها
يا عالم الأسرار علم اليقين
يا كاشف الضر عن البائسين
يا قابل الأعذار عدنا الى
ظلك فاقبل توبة التائبين

Traduction de Samir Megally:

J’ai entendu à l’aube une voix inconnue crier pour réveiller les hommes.

Allez donc remplir la coupe de l’espoir avant que le destin ne remplisse la coupe de vos vies.

Ne vous inquiétez pas du temps passé ni de votre avenir, tant que cela n’est pas nécessaire.

Et du temps présent, saisissez les plaisirs, car les nuits ne peuvent garantir votre longévité.

Demain nous est inconnu alors qu’aujourd’hui m’appartient et se confier à l’avenir est tellement décevant.

Mon esprit n’est point engourdi au point de ne pas voir la beauté de ce monde jusqu’à en être émue.

Le coeur ne se lasse pas d’aimer la beauté et l’esprit n’en peut plus de contempler l’indicible.

Dieu, est-ce possible, cette soif insatiable, alors que l’eau s’écoule devant moi si limpide!

Il importe que ce coeur se trouble, s’émeuve et se brûle dans l’abondance de l’amour.

Chaque jour qui passe sans amour, sans passion est pour moi un jour de perdu.

Réveille-nous énergiquement dès l’aube; ne prétends pas dormir et joue plutôt du luth;

le sommeil n’a jamais allongé une vie et les longues veillées ne peuvent la raccourcir.

Que de nuits ont succédé aux jours et comme est long le trajet des étoiles.

Marche lentement car ce sol est jonché d’yeux au charme indescriptible.

N’effraye pas ton âme de peurs illusoires et puise dans le quotidien la force des certitudes.

De la même manière, retourne à la terre celui qui dès demain trépassera et celui qui est mort il y a plus de mille ans.

Radoucis le feu de ton coeur par la douceur de la vie, car les jours sont furtifs, comme le sont les nuages.

Notre vie est un songe si bref; jouis donc des opportunités qu”elle t’offre, avant que jeunesse se passe.

Sans demander mon avis, on m’a obligé à revêtir le vetement de la vie et j’ai erré au milieu des diverses idéologies.

Je m’en dévêtirai un jour, sans avoir su pourquoi je suis sur terre, où se trouve la réponse.

Toi qui reste inaccessible à notre compréhension, alors que notre esprit cherche refuge dans l’obéissance à Ta volonté.

Je m’étais enivrée par le pêché, mais je m’en suis dessoûlée en espérant Ta clémence.

Même si dans le passé je n’ai pu T’obéir entièrement, j’attends avec confiance Ton pardon,

mais ce qui intercède en ma faveur, c’est que j’ai toujours vécu dans la foi en Ton unicité.

Tu caches aux hommes la grandeur de Ta gloire alors que tout ce qui est dans l’Univers est l’oeuvre de Tes mains.

Tu es la clarté de cet Univers et Tu contemples les merveilles de Ta création.

Si une goutte d’eau se sépare de l’océan, elle finira bien par y retourner.

Malgré la longue distance qui nous sépare de Toi, Seigneur, Tu demeures proche de nous.

Toi qui connais en profondeur les mystères de la vie et accorde des trésors aux malheureux.

Toi qui acceptes nos errements, nous retournons à Ton bercail, accepte donc notre repentir.

vos Commentaires

commentaires

About The Author

Jamouli Ouzidane ; universitaire, chercheur, écrivain, éditorialiste, entrepreneur ... nous contacter pour tout questionnement à ; info@algerienetwork.com