Algérie ; Histoire d’un Destin Tragique

Jamouli Ouzidane

« Et l’histoire doit se réécrire maintenant par les plumes, sans exclusive, des algériens où qu’ils se trouvent, pour contrarier les lâchetés imbéciles, les hypocrisies puériles, les mensonges stériles, les suspicions démentielles, les déchirements cruels, les opportunismes rituels, la répugnance des comportements de crétins, la fréquentation de gredins réduits au rang de prédateurs, de charlatans et autres troubadours, qui ne trouveront pas place dans les pages dorées de notre mouvement vers un meilleur avenir. », Karim Younes

Les élections en Algérie démontrent à chaque fois ces rendez-vous manqués de l’histoire depuis 1962 ! On avait toujours d’autres chances de salut pour sortir de l’ère de la génération de la honte ; celle qui a gaspillé les ressources formidables de l’Algérie et tout le génie d’une population sacrifiée pendant un demi-siècle. À chaque fois, une nouvelle falsification des élections et une nouvelle possibilité de chaos vu les nouvelles conditions internationales d’interventions humanitaires avec le printemps arabe.

Devant le destin tragique de l’Algérie et du monde arabe, on trouve plein de pasteurs qui veulent “Sauver” l’Algérie, nous guérir (un certain psychiatre qui a obtenu 0,1% aux élections), nous protéger (les nationalistes), nous défendre (les putschistes), nous aider (les novembéristes), nous soutenir (les pagsistes), nous conserver (les mafiosistes), nous délivrer (les opportunistes), nous repêcher (les islamistes), nous affranchir (les modernistes)… Beaucoup de monde et de bonnes volontés. En réalité, beaucoup de chacals qui veulent se servir et non servir avec une langue de bois, de métal, de caillasse et de feux : des mots insanes qui ne sont que des maux galeux!

Nos pseudo élites qui ont le pouvoir de décision” persistent dans une solution en dehors de “nos instruments de savoir”. Les mêmes personnes qui nous ont vendus à l’Est ou à la Gauche veulent nous revendre (avec le même enthousiasme) au Nord ou à la Droite. Au bienfait de “la camaraderie et de la fraternité” on substitue les bienfaits de “la consommation et de la libre entreprise”.

Nous avons abdiqué la technique et la pensée. C’est monstrueux, car on est en train de creuser notre tombe. Voir nos jeunes qui n’ont plus d’espoir, d’identité et de fierté est un crime de notre génération. On leur propose que des mensonges et de l’ennui dans une culture folklorique et un enseignement clochardisé. Si la précédente génération était livrée au combat de l’indépendance, c’est le même combat qui doit nous animer: l’indépendance stratégique de la nourriture (voir la famine de l’Irak), de la sécurité (nucléaire, biologique ou autre), de la consommation, du savoir…

On respecte la Chine (ou la Malaisie qui ne s’est pas laissé avoir comme l’Indonésie) qui était dans la même situation économique que nous dans les années cinquante, mais qui a réussi depuis son miracle économique! Elle avait la chance de posséder des dictateurs éclairés !

Les juifs persécutés ont aussi compris la nécessité de valoriser la force de leur propre groupe pour ne plus subir d’holocauste. Un Holocauste que nous subissons par petites doses par toutes ces monstrueuses violences en Palestine, Afghanistan, Pakistan, Irak, Libye, Syrie, Soudan, Yémen…

On est d’accord sur notre “fausse élite intellectuelle alliée aux cercles de Pouvoir” qui dans une comédie d’unanimité tragi-comique a “verrouillé” toute la scène “médiatique” au nom de la démocratie et de la modernité. Lorsqu’un démocrate refuse des élections (et se réfugie dans la gueule du loup), car il a peur de perdre, c’est le comble de la démocratie.

On invente des diables, on dresse des échafaudages et on juge sans procès tout ce qui opposant. On n’a qu’à voir “l’unanime auto-ravissement” des journaux algériens hier des suivistes et aujourd’hui des pseudo-critiques ! Le pouvoir crée des non-événements qui nous divertissent comme ce “salon de l’écriture de l’histoire” qui n’a rien écrit depuis 40 ans.

Le pouvoir s’accapare l’histoire. Ainsi, sept années de la guerre d’Algérie de Novembre 54 éclipsent cinq mille ans d’existence. Pour garder la légitimé historique et donc le pouvoir, on dépense sans compter : un ministère des moudjahidine qui s’accaparent dix fois le budget du ministère de l’Agriculture depuis 40 ans, “Une association des écrivains” incultes avec un président qui n’a que des pamphlets, une ministre de la culture déplorable qui n’a aucune pudeur …

Il faut absolument un sursaut de la part des gens du savoir qui doivent investir le monde politique. Le philosophe doit démontrer la stratégie de sursaut, dévoiler les méprises et redonner du “punch” aux troupes. Le scientifique doit donner les armes à feu pour le combat (producteur-consommateur). Rien ne sert d’avoir des armes si on les utilise pour s’entretuer… La philosophie est la conscience de notre science.

Les scientifiques ont un rôle est plus facile, car la science existe déjà, on ne part pas du vide et nos atouts écologiques (démographie et espace) sont illimités ! Si le problème de représentation démocratique est réglé, le monde arabo-musulman pourra redresser la barre dans pas moins d’une génération pour devenir la première puissance de la planète !

Nous avons des territoires immensément riches, des milliards de Dollars sont dans les banques étrangères et des esprits (fuite des cerveaux) qui sont encore dans les plus prestigieuses universités et corporations étrangères.

Certes la richesse de notre diaspora est en train d’augmenter la richesse de l’autre groupe, mais on les comprend, car rester chez eux; c’est perdre le savoir, mourir par ulcère ou devenir fou devant l’unanimisme du despotisme oriental. L’occident est un havre de paix qui leur donne la bouffe, la job, les divertissements et la parole.

Le rôle de la traduction de l’arabe vers l’étranger est capital, car l’Arabe connaît trop bien même l’Occident (à travers la langue française ou anglaise) mais ce dernier continue de nous prendre pour des hordes barbares à travers le terrorisme et les massacres wahabis.

Forcément, on n’a que ce qu’on mérite et ce qu’on vaut. J’ai le malheur de penser que nous valons (comme d’ailleurs le reste de l’humanité) un trésor de créativité qui sera un jour découvert par les autres. Soyons donc des constructeurs de cathédrales et non de citadelles et évitons les extrêmes qu’on nous propose; un retour aux périodes médiévales fatalement dogmatique, autocratique et ascétique ou une virée dans une post modernité agressivement accélérée, aliénante et putride.

Nous devons créer une voie personnelle qui pourrait nous convenir “naturellement” et à laquelle on “adhérerait de notre propre volonté”. On a besoin de penseurs, de philosophes, de sociologues et d’humanistes universalistes multidisciplinaires pour défricher le terrain de notre destin et de nous proposer non pas des recettes de cuisines prises dans les greniers des maîtres à penser, mais un vrai projet de société.

Nous avons besoin d’une réponse pour ce nouveau siècle comme Marx l’a fait pour le siècle passé en espérant qu’elle ne sera pas pervertie par le mal. Religion de fraternité, mythes d’humanité et sirènes d’amour, combien a-t-on tué en votre nom ? Pour “sauver” l’Algérie, il faut refaire son devoir d’histoire: comprendre la Complexité Historique.

Maintenant, comment pourrons-nous, nous focaliser dans le verbe lorsque celui-ci n’est pas sorti d’une pensée issue d’un acte créateur pour l’adoucir, le réformer et le faire évoluer vers le renouveau, l’historicité et la modernité, mais plutôt sorti d’un jugement gratuit issu des arcanes méphistophéliques pour nous faire régresser, rechuter et périr dans le borné, le misérable, et le jadis ?

Dans le Monde moderne, on a surtout besoin de “raison” et de “sueur” pour comprendre la complexité scientifique d’un état historique. Ce ne sont pas des “mots et des phrases” qu’il faut “nasiller” tel un sorcier plumitif pour avoir la puissance sur “les choses et les esprits” !

À l’heure de la communication, personne n’est dupe de la désinformation. On refuse la vulgarité journalistique avec son style usé de diligence “tragi-comique” qui se résume par la trinité : Mensonges, Médisances et Mythologies. On doit s’affranchir de toutes ces stars intellectuelles populistes qui sont l’ennemi de la complexité historique. Le Géni est juste dans la masse du peuple qu’il faut sortir de la fusion démagogique !

Il faut saisir la complexité pour comprendre la crise et penser à résoudre les deux défis majeurs de nos structures étatiques pour évoluer: un défi philosophique politique et un défi économique-technologique.

Le monde moderne de l’Occident s’est réalisé grâce à la maîtrise de la complexité de ces deux défis. Le début de 19e siècle vit l’arrivée d’un socialisme qui avait la volonté de dépasser les principes libéraux et démocratiques (Marx, Engels, Berstein, Guesde…)… Tous ces courants ont fini par mourir pour laisser place à une démocratie qui a amené la sécurité, la prospérité, la consommation, l’opulence et enfin la liberté au Nord. La complexité historique de notre “état” doit toutefois s’affranchir aussi de l’emprise de l’Occident avec sa séduction technologique et sa consommation exubérante.

Tandis qu’une partie de l’humanité est sortie d’une histoire noire du despotisme moyenâgeux, l’autre partie continue de sombrer alors qu’elle a une chance immense de juste regarder ce qui se fait ailleurs chez des humains et que seule la géographie a séparé !

L’histoire se répète. Il faut apprendre les leçons. Il nous faut des philosophes capables de faire “comprendre” aux politiques la nécessité de partir en retraite pour laisser le peuple rentrer dans la modernité. L’Algérie a les compétences, les ressources et la volonté pour rejoindre le reste de l’humanité.

Les conflits actuels à l’échelle du monde viennent de ces despotes incapables de parler le même langage (et non la même langue) que leur peuple. La cause du despotisme reste toujours la connaissance et la conscience des peuples de leurs destins communs pour s’investir dans le commun.

Les fils de moudjahidines perpétuent le mythe du sacré, mais en réalité des allocations et des passe-droits. Oui, les Dieux doivent nous laisser leur Fils pour perpétuer leurs Saints-Esprits!

Ne dit-on pas tout le temps “le président a dit” comme on disait dans le temps “Dieu a dit “! N’élève-t-on pas des statuts à leurs grandeurs éternelles? Ils occupent toutes les images tout le temps dans ces bandeaux, journaux, infos, et canaux satellites. Ces gens sont des malades.

On ne rentre jamais dans l’histoire par effraction. Le vide vous guette pour l’éternité alors que le temps est précieux. Les abus du moyen âge sont les abus d’aujourd’hui quelque soit l’habit qu’il présente. Ils ont tout le commun du mensonge, de la bestialité et de la voracité du pouvoir qu’ils ont transmis comme un virus à tout un peuple à la recherche lui aussi du petit pouvoir à toutes les échelles de la société.

On ne devrait jamais utiliser l’islam pour une argumentation quelconque (pour ou contre) afin d’arriver au pouvoir. Laissons-le en paix ou servons pour faire du bénévolat social : donner aux autres de la nourriture, de l’éducation et de la solidarité …

L’islam n’a besoin d’aucuns “Sauveur” plus fort que le Sauveur lui-même pour le protéger. L’islam n’a pas besoin de contrainte, car Dieu a donné la liberté à l’homme. Il est si doux d’aimer dans la liberté, dans l’intimité et dans le détachement au lieu de ce “show off” impudique devant les caméras du monde pour dire nous sommes les “Sauveurs” de Dieu sur terre!

Après avoir laissé de coté la religion, on ira enfin à la politique non pas pour choisir un “roi despote” mais une “Vraie” démocratie. J’insiste sur une “Vraie” démocratie (car on n’a que le concept de démocratie de façade ou de démocratie pour mineurs!!!). La “Vraie” démocratie n’est pas un concept “alambiqué” mais d’une simplicité effarante: respecter les urnes. Accepter que tout le monde ait la même voie que vous.

Quelle est donc cette raison démocratique qui vous donne plus de raisons que les autres ? Si les gens ne votent pas pour vous ne dites pas qu’ils sont rétrogrades. Ne les “SAUVER” surtout pas contre votre propre “calamité”.

L’extrême droite comme l’extrême gauche (laïques et islamistes et qui ne vivent que par diabolisation l’un de l’autre) sont appelées à disparaître devant la marée de l’histoire, car la nature ne connaît pas de tensions extrêmes…

La nature a juste permis qu’on essaye un scénario (qui a échoué) mais elle l’efface de sa mémoire dès qu’il ne lui ramène pas le progrès : son seul moteur (Darwin!). Elle a essayé la solution démocratique; elle marche, elle va la garder pour ensuite la performer, mais pour évoluer, il faut de la mémoire !

La structure pyramidale d’organisation a laissé la place à la structure en réseaux de communications. La relation pouvoir-civil a laissé la place à la relation innovateur-client. La nouvelle guerre s’appelle la guerre du TEMPS! Comment répondre instantanément à la demande économique. Pour les nostalgiques du passé sacré, rappelons-nous enfin la devise de Xiao Pin le réformateur de la chine moderne:

“Qu’importe le nom d’un chat, qu’il soit blanc ou noir, pourvu qu’il attrape des souris !”.

Pour les nostalgiques de la langue de bois, il faut qu’ils se reconvertissent très vite dans la langue des bits et de l’intelligence artificielle, de la robotique et des Big Data,  sinon ils seront au chômage dans une décennie. Tout le pays sera alors en chômage !

La lisière du chaos dans lequel on se trouve n’est pas un concept catastrophique d’un gourou. Le chaos est la fin d’un monde, mais aussi le début d’un autre monde nouveau plus évolué. C’est la chute du monde communiste par la chute du mur de Berlin. Le communisme (utopie) est mort en laissant derrière lui 100 millions de morts, d’humiliations, de mensonges… Que de vies (rêves) humaines gâchis !

L’Algérie est aussi à la rizière du chaos. Une petite perturbation suffira pour que le mensonge s’écroule. Le peuple est prêt. Il attend un caprice de l’histoire qu’aucun centre d’étude stratégique ne peut prédire. Personne n’a prédit la chute du mur de Belin.

Les prédateurs peuvent toutefois récupérer le conflit social en utilisant les théories du Chaos importées des sciences exactes par des nullards de sciences humaines qui ne savent pas la loi des bifurcations incontrôlables en fin de cycles. Des illuminés intellectuels faussaires veulent nous sauver de nous-mêmes ; la religion du salut n’est pas loin !

Jamouli Ouzidane

Facebook Comments

- Libertée de pensée-spot_img
Facebook Comments
error: Content is protected !!