Peuple et Pouvoir ; La Manipulation Médiatique Satanique

Jamouli Ouzidane

« Tout ce qu’on sait de la société, ou sur tout le monde dans lequel on vit, on le connaît à partir des masse-médias. Ceci est vrai sur notre connaissance de la société mais aussi sur celle de la nature ». Nikolas Luhmann, “The Reality of the Mass Media”

« Tout journal, de la première ligne à la dernière, n’est qu’un tissu d’horreurs, Guerres, crimes, vols, impudicité… une ivresse d’atrocité universelle. Et c’est de ce dégoûtant apéritif que l’homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. ».Baudelaire

Peuple et Pouvoir ; La Conception d’un Héros Populaire 

Le peuple a besoin de héros, alors, le système va lui fabriquer des héros sur mesure et sur commande et si possible jetables à volonté. Les héros maintenant sont des jetables consommables en promotion.

Vous voulez un opposant, on va vous en fabriquer un ou des dizaines. Pour qu’ils soient crédibles; on leur demandera de critiquer courageusement le système anonyme ou s’attaquer à des fusibles en perte de pouvoir jetés en pâture. Le système jouera la comédie d’el Arté; il va emmener ces « héros »en prison. Bien sûr, le peuple réagira et sortira pour demander leur libération. Le pouvoir va encourager cette dissension manipulée, orchestrée et contrôlée ! Et oups, le peuple a son héros et son histoire mémorable et notre héros sortira de prison avec la légitimité d’opposant symbolique que le peuple va croire et suivre aveuglément ! Ainsi, maintenant le système ventriloque va pouvoir guider le peuple par une marionnette

Le peuple est une masse inerte comme une ferme à vache. On l’engraisse et en le mène ensuite au méchoui. Finalement, le pouvoir n’a jamais existé. C’est juste une image asymétrique du peuple un peu comme les protons sont pour les électrons. Tandis que les électrons tournent comme des fous, les protons sont bien au chaud dans la masse atomique !

Pour arriver à ses fins le pouvoir a besoin du nerf de la guerre ; les masses médias qui sont capables de créer des héros à partir de traitres mais aussi et surtout des traitres a partir de nos héros ; C’est l’Art de la Déception !

Médias et Communication ; le nerf de la guerre

La communication a toujours été un fondement pour les anciens empires (Egypte, Babylone et Grèce). La guerre des choses se transforme maintenant dans la guerre de la Communication , de l’Information et de la Connaissance . La guerre cyber utilise les armes des données pour créer de nouvelles approches de pensée-conception . L’information est devenue une affaire de survie-évolution ; elle est la source de la souveraineté nationale , de la sécurité nationale et du privilège de la puissance . Les médias sont une extension de l’Etre et donc du pouvoir sur l’information ; qui la détient, la maintient, l’évalue, la gère, la contrôle, l’exploite ?.

Dans « l’Homme Unidimensionnel », Herber Marcus se pose la question suivante : « est-ce qu’on peut distinguer entre les masses- médias comme instrument d’information et de diversement et comme agents de manipulation et d’endoctrinement ? ». On est rentré dans l’ère du flou, de l’incertain et du chaos.

Baudrillard définit le monde des médias comme un “simulacre” de copies ou « de modèles de réel sans origine de la réalité ». L’image est ici réflexion qui masque et pervertit la vraie réalité basique avec laquelle elle n’a aucune relation réaliste.

La rhétorique médiatique utilise la science de la séduction. Elle est toujours d’actualité selon M. Meyer : « la rhétorique connaît aujourd’hui un regain considérable… Nous vivons dans une société de communication, les individus s’expriment, débattent, doivent plaire, séduire et convaincre ».

Schumpeter disait: « L’impérialisme, qui, dans les temps antiques, pouvait se dispenser de porter le moindre masque et qui, au temps des monarchies absolues, pouvait encore se contenter d’un voile bien transparent, doit aujourd’hui se dissimuler soigneusement derrière tout un écran de phraséologie. »

La « culture populaire » stalinienne et hitlérienne a fait de grandes avancées cognitives spectaculaires ; elle n’attire plus par la terreur de l’Enfer mais par l’attraction du Paradis. Avant, on croyait tout car terrorisé par la Divinité Totalitaire. Réagir autrement aurait été pris pour de la traitrise ou de la folie.

Aujourd’hui, on accepte tout car attiré par le Désir Technologique et noyé dans l’individualisme qui ovationne sa machine- Divine. Maintenant, il n’y’ a plus de réaction- synergique possible car on s’est divisé dans l’éclatement des désirs individualistes. Les humains sont dans un mouvement brownien- chaotique qui fait d’eux une fumée sans feux.

Si l’escroquerie mental était évidente avec la répulsion, elle l’est moins avec le désir car les escrocs- intellectuel nous ont bien étudié de l’intérieur de nous mêmes ; ils savent tout sur notre fonctionnement cognitif. Ils connaissent nos points faibles ; ceux que nous mêmes nous ne connaissons pas ; ils nous pénètrent de l’intérieur. Terrassé par notre faiblesse cognitive à comprendre la complexité, on a délégué notre volonté à des intello- médiatiques à la solde des mêmes vampires médiatiques qui nous consomment notre corps et possèdent notre esprit.

Ce travail médiatique d’abrutissement permet de manipuler l’opinion publique pour des raisons en apparence de consommation mais en réalité d’embrigadement. La guerre, comme la consommation, est une foi tellement facile à faire avaler aux cons qui sont disposés, de leurs propres volontés, à être des chairs à canons à consommer le pervers. Hollywood nous abreuve de catastrophes mondiales et même cosmique dont sortiront toujours invincibles le FBI, les Marines et la Maison Blanche. Le Destin de l’humanité est désormais entre les mains magiques d’Hollywood.

Les MM ont un Projet délibéré ; l’aliénation commercial de la Masse. Une masse qu’on peut ensuite facilement manier par l’idéologie et embrigader par l’idéalisme. La civilisation se fait hier dans l’Etat, aujourd’hui dans l’Empire et demain dans l’Hybride. Ce qu’ils veulent de Nous ; Notre chair à canon !

La Manipulation TV

La télé est le cas le plus éloquent, le plus utilisé et le plus efficace pour caricaturer par la diabolisation du Mal (l’autre Démon) ou la béatification du Bien (nous- autres Saint) par le choix délibéré de la mise en scène :

sujet et des questions ; les sujets et évènements scéniques sont choisis consciemment et délibérément avec la volonté préméditée d’évacuer certains faits vitaux qui vont contre le cours du scénario. On aborde rarement les sujets de fond sur l’exclusion, la violence ou l’injustice à l’échelle globale. La localité frivole-passionnée est toujours favorisée au dépend de la globalité. On peut avoir un bon sujet et poser les mauvaises questions en s’intéressant à l’événement (Quoi et Comment) et non à son sens (Pourquoi et Raisons). La multiplicité des médias et des émissions noient et parasitent l’important dans le frivole. La trivialité est servie à des heures de grandes écoutes, l’important est délaissé après minuit.

modérateur ; ce dernier n’est qu’une victime des règles du jeu de son employeur. Il a intérêt à suivre la ligne éditoriale et le verdict de l’audimat sinon il est exclu discrètement.

gestion du temps d’écoute ; la limite du temps et le temps de la publicité donnent une excuse au modérateur de couper la parole au démon. On a un début de réponse et puis on coupe et on passe à une autre question secondaire qui perd du temps.

diabolisation ; On questionne avec soit une remise en question de l’un soit une promotion de l’autre. Le plateau est divisé (dés le départ) en deux parties conflictuelles (démon et saint). Le dialogue est rendu impossible par l’agressivité du bien qui a le droit du jugement dernier. Le démon n’est là que pour prouver son innocence, se justifier et se soumettre à la vox populi. On abuse du mis en cause par un monopole du temps de parole.

invités; ils veulent représenter le Vrai- Bien par l’utilisation de stars- intellectuels du verbiage pseudo- scientifique qui connaissent tout sur tout!. On n’invite pas les personnes spécialistes capables de donner de vraies réponses à de vraies questions. Quelquefois, on a l’absence du démon, alors les saints bavent entre eux.

représentativité ; On donne cette impression de majorité qui approuve par le choix d’un public qui applaudit le saint et chahute le diable. En réalité, le citoyen est exclu des MM. Le modérateur parle au nom de la voie publique alors qu’aucune élection n’a été faite pour le mandater. Les sondages sont en réalité des créations- manipulation de cette même opinion publique en fabriquant l’opinion au lieu de la donner- libérer. La liberté et la justice ne se donnent jamais, elle s’arrache continuellement. La télé n’a pas d’interactivité comme l’Internet pour que le public puisse avoir la liberté de donner son juste avis.

Vulgarisation; Le sujet devient vulgaire en vulgarisant à un peuple qui ne peut comprendre le complexe. En réalité, le modérateur est aussi ignorant. Ceux qui font la mise en scène se cachent derrière les rideaux..

angle de vérité; se fait par le choix de l’Objectif- Caméra avec ses choix délibérées de lumières- obscurités, paroles- silences, regards et absences de regards, etc.

 Jamouli Ouzidane

 

Facebook Comments

- Libertée de pensée-spot_img
Facebook Comments
error: Content is protected !!