Théorie du complot contre l’Algérie ; 2. Les Critiques systémiques anti Boutef, DRS et Toufik !

« Tous des voleurs !» est le sentiment éprouvé par la majeure partie de la population et renforcé par la presse, qui, à bon escient ou en fonction d’objectifs politiques inavoués, contribue à la fabrication de l’image d’un pays livré en entier à la prédation et à la corruption. Une façon intentionnelle ou pas de banaliser le fait au point d’en faire une fatalité. Ainsi, on accuse «les généraux», la «mafia politico-financière», personne en particulier et tout le monde en général, accusation reprise et répercutée à l’infini par une opinion publique qui n’a aucune peine à l’admettre et aucun moyen d’en vérifier la véracité. « Ahmed Halfaoui

« Jamais personne n’est devenu fort en désignant la faiblesse des autres. », Irvin Himmel

« Rien n’est plus facile que de critiquer ! La difficulté réside à convertir ce qui est négatif en positif. », Will Rogers

« Plutôt que de savoir ce qui a été fait, combien il vaut mieux chercher ce qu’il faut faire. », Sénèque

 

Devant la profusion des nouveaux médias virtuels et des réseaux sociaux à la facebook, on assiste ahuris devant ce spectacle nauséabond de toutes ces haines impudiques et inimaginables déversées contre le système, l’armée nationale, Toufik, le parlement, la culture, l’éducation …  qui se font la compétition pour faire le buzz ou la une !

Une certaine presse, même celle qui était affiliée au gouvernement, et certains blogueurs narcissiques en mal de reconnaissance, ont trouvé un filon d’or pour leur audimat ; la haine de l’Algérie sans aucune pudeur sous couvert d’un complot contre l’Algérie !

Cette haine se perçoit sournoisement sous le masque de l’amour du pays contre ces monstres qui sont responsables du malheur de l’Algérie ; l’armée, le gouvernement, le DRS, Toufik et plein de noms de diables qui nous dispensent de réfléchir et d’agir, car l’insulte tue la critique. On se déresponsabilise, car le malheur de l’Algérie, c’est nous TOUS qui sont responsables, nous génération de la haine, chacun à son échelle propre, nous avons trahi les chouhadas !

La question qui tue et non pas qui tue qui !

La question qui tue et que l’ont doit tous se poser ; qu’avons-nous fait de l’Algérie à notre échelle en tant que personne scientifique, ministre, étudiant, enseignant, artiste, médecin …  ?

Sommes-nous dans une association qui aide les cancéreux, les analphabètes, l’écologie, les prostitués, les sans-abris… ?

Donnons-nous du temps bénévole à ce pays et son peuple !!!

Ces haineux n’ont pas compris que la démocratie chantée en Occident a été faite par des FEMMES et des HOMMES patriotes dans tous les aspects de la société ; éducation, science et technologie, presse, culture, littérature…

Notre malheur n’est pas une malédiction de Toufik mais une conséquence juste de nous tous ; nous sommes les seuls raisons de notre malheur. Tant qu’on ne s’est pas responsabilisé en tant qu’adulte, on va invoquer, Satan, dans les murs de lamentations de facebook, comme une possession qui nous enlève le bonheur, la démocratie, la modernité, la culture, la santé …

Il y’a une différence monstre entre la critique saine qui questionne et cible objectivement un problème social particulier et qui donne ensuite des suggestions ou  des remèdes bien précis, des projets où le citoyen s’implique dans sa société, comme l’ont fait ces magnifiques jeunes de Ness el khir, et des insultes de haines minables et anonymes contre le système dans l’internet donnant l’impression au reste du monde que l’Algérie vit dans un enfer et que ses citoyens haïssent leur pays et ne veulent que le quitter dans un désespoir infernal ! Ceci est faux et ceci est une insulte à tous les Algériens qui dans leur espace privé et public travaillent pour que l’Algérie soit un beau pays pour ses enfants.

Les pouvoirs viennent et partent, mais l’Algérie reste. C’est de cette Algérie que je parle et que je refuse qu’on y touche à ce qu’elle a de plus sacré : sa sécurité, son identité et sa prospérité !

Je respecte les engagements pour la démocratie en Algérie et les témoignages sur la barbarie intégriste et le courage de ces hommes qui l’ont combattu. Si les critiques sont vraiment positives dans le jeu démocratique et non récupérés à leur insu ou récupérateurs, nous y adhérons alors pleinement, justement et sans aucune ambiguïté !

La critique polémique médiatique

Ma critique ici porte UNIQUEMENT sur les mots de haines contre les fondements historiques de l’Algérie, contre son peuple et son identité millénaire. Une critique étalée dans tous les cafés algériens et maintenant dans le virtuel des réseaux sociaux et des journaux médiatiques qui ont fait de la polémique misérabiliste leur fond commerce !

Bien sûr que la mémoire de nos héros historiques contre la France et la décennie noire sont des sujets importants. Bien au contraire, cette mémoire est trahie si on ne l’honore pas convenablement : en combattant pour la modernité pour laquelle ces hommes sont morts !

C’est ce qui fait que ne pourrais pas vous relire… messieurs les médiatiques, car vos sites et blogs ne me ramènent ni à moi et ni à aucun algérien et encore moins à un français quoi que ce soit d’infos, de savoir, de science, enfin de Positif dans sa vie réelle de tous les jours. Bien sûr que nous croyons à la liberté d’expression et à la biodiversité. Ce seront finalement les lecteurs qui décideront. Nous savons toutefois que la polémique médiatique a de l’audience.

Une critique est celle qui nous interpelle, qui corrige notre vision pour le feedback si on veut bien écouter et voir s’il y’a du sensé, car la communication, c’est aussi cela et nullement le jugement des personnes ou la personnalisation du jugement !

Il y’ a ceux qui ont aussi la haine de l’Algérie à cause d’une expérience personnelle. Ils vont en faire une affaire de vengeance personnelle sur un directeur qui vous a renvoyé de votre travail ou vous a enlevé votre appartement. Là aussi, on n’a pas pu dépasser notre vision personnelle, car l’Algérie est au-dessus de l’histoire, des hommes et surtout des événements médiatiques…

Le problème de l’arabisation, de l’islamisation ou de la Kabylie ne doit pas être une cause pour insulter les Arabes, l’Islam, les Kabyles et encore mois l’Algérie qui sont au-dessus du lot. Les états passent, mais le pays reste.

Mieux vaux allumer une chandelle que maudire l’obscurité

À quoi sert de maudire le passé tragique de la décennie noire… ça a une odeur de misérabilisme… laisser aux historiens spécialisés universitaires chercheurs critiques et non pas aux médiatiques polémiques qui cherchent l’audimat, par la polémique, le soin de revoir scientifiquement ce qui s’est passé avec du recul bien sûr ! En faire un commerce d’audimat est un jeu impudique, misérabiliste et indigne d’une pensée généreuse qui veut calmer la douleur et non pas attiser encore plus de vengeance et de haine dont on n’a nullement besoin pour reconstruire un pays…

Il est plus difficile de sortir l’Algérie avec le social, le communautaire, le bénévolat qui construit des écoles… l’économie, l’éducation et la culture que de faire une critique débile hargneuse qui ne va résoudre aucun des problèmes pratiques de tous les jours de l’Algérie et des Algériens confrontés à la mondialisation, la technologie, les énergies renouvelables du futur, l’agro alimentaire, trouver du travail. Enfin, tout ce qui est de la vie réelle positiviste des vrais Algériens ; ceux du peuple, des quartiers populaires et de l’Algérie profonde… de ces jeunes à la recherche de formation professionnelle et d’emploi qui puissent leur rendre de la dignité humaine et de la considération sociale.

Les Français sont des bourgeois qui ont le temps de la philosophie pour discourir sur le monde, avons-nous ce temps qui nous presse. Nous qui sommes déjà en retard sur tout pour encore et toujours perdre notre temps à discourir sur le sexe des anges ou sur qui tue qui !

Le vrai défi de l’Algérie est le présent et surtout le futur : le survivre !
Le passé, il y’aura des juges historiens (avec le recul nécessaire), des dieux et la nature qui vont s’en charger, car on ne connait pas tout à moins d’être un sorcier manipulateur. Doit-on indéfiniment rester dans le passé lorsque le monde moderne est complètement pris dans le futur avec des expériences du CERN sur le boson de Higgs, le TGV et des prochains écrans tactiles ?

Ni opposant et ni partisan …
Le défi n’est plus d’être pour ou contre ce qui s’est passé, de supporter ou combattre Bouteflika ou le FLN mais de comprendre la complexité sidérale du développement. La politique est un jeu fini, car il ne reste dans ce monde mondialisé sans frontières que des sociétés de savoir ! Le savoir-dire doit laisser la place au savoir-faire ! Bien sûr, on a le droit d’exprimer sa rage devant l’outrage, mais lorsqu’on a une rage aux dents est-ce que cette rage peut se guérir par la science des médicaments ou la malédiction de cette rage ?

je sais que c’est difficile de comprendre la chimie organique, les bosons et le champ de Higgs, les nano, les bio et les info technologies, mais je suis désolé avec vous messieurs les médiatiques, c’est ceci la vraie priorité de l’Algérie et des Algériens à mon humble avis :

Les arabes, l’islam et l’Algérie d’aujourd’hui sont au fond de l’obscurantisme, mais ils ont les ingrédients historiques pour revenir. C’est notre devoir de créer ces sociétés modernes pour nos enfants et la question qui tue et qui dois tous nous interpeller est : Qu’avons-nous fait tous en toute âme et confiance pour notre communauté, au-delà de nos besoins personnels de survie,  de destin en terme de savoir-faire et non de savoir dire ?

Nous sommes condamnés à nous ressaisir et recréer la confiance, la solidarité et la synergie entre nous, mais avec des mots doux et non des mots de haines, avec de la responsabilisation et non la diabolisation, avec de l’objectivité et non de la subjectivité, avec l’interaction et non de la réaction, et surtout avec un espoir même désespéré juste en pensant à chaque jour que le Bon Dieu fait a nos chahids qui ont donné leur sang pour qu’on soit libre ! que devons-nous nous FAIRE et non DIRE aujourd’hui pour eux et pour ce magnifique et beau pays qui est le notre a tous !

Jamouli Ouzidane

Théorie du Complot en Algérie 

1- Les laïques intellectuels francophiles !

2- Les Critiques systémiques anti Boutef, DRS et Toufik !

3- Le coup d’envoi du chaos est lancé

4- Partis, Oppositions, Médias et Intellectuels au service du Pouvoir 

 


Facebook Comments

- Libertée de pensée-spot_img
Facebook Comments
error: Content is protected !!